Fédération
Haute-Garonne
Accueil > Actualités > Article Voix du Midi Lauraguais

Actualités


Article Voix du Midi Lauraguais

Article Voix du Midi Lauraguais

Le 14/09/2016

Sénatrice de Paris et ancienne ministre des sports, Chantal Jouanno était à Saint-Orens, samedi 10 septembre, à l’occasion de la fête de rentrée de l’UDI de Haute-Garonne.Les militants de l’Union des démocrates indépendants (UDI) de Haute-Garonne avaient

Les militants de l’Union des démocrates indépendants (UDI) de Haute-Garonne avaient rendez-vous au château Catala de Saint-Orens-de-Gameville, samedi 10 septembre, à l’occasion de la fête de rentrée organisée par leur mouvement.

Un rendez-vous auquel participaient de nombreux responsables et élus centristes de la région comme le sénateur et maire de Revel, Alain Chatillon, le maire de Saint-Orens-de-Gameville, Dominique Faure, le maire de Villemur-sur-Tarn, Jean-Marc-Dumoulin ou encore le député du Tarn, Philippe Folliot.

C’est un moment convivial faisant suite aux dernières élections internes et qui a pour objectif de se mettre en ordre de marche au regard de l’année chargée qui s’annonce, indiquait le président de l’UD1 31, le sénateur Pierre Médevielle.

Une journée placée sous le signe du sport

Cette journée avait été placée sous le signe du sport avec parmi les rendez-vous au programme, un concours de pétanque et un match de rugby mais aussi une conférence sur le thème « Le sport, vecteur d’intégration et de sociabiliation », avec les interventions de Marion Clignet, ancienne championne du monde de cyclisme sur piste, et Ben Harrat, professeur diplômé d’Etat de karaté.

La première a évoqué sa propre expérience, la pratique du cyclisme s’étant révélée comme un traitement aux syndromes épileptiques dont elle était atteinte. Le second a parlé de son expérience de professeur de karaté dans le quartier La Faourette à Toulouse, où il a grandi avant d’y revenir pour créer et animer son propre club.

Chantal Jouanno : « Nous n’excluons pas d’avoir notre candidat »

Pour coller à la thématique, c’est l’ancienne ministre des sports Chantal Jouanno, aujourd’hui sénatrice de Paris et porte-parole de l’UDI au niveau national, qui était l’invitée de cette journée.

Dans un discours aux militants centristes de Haute-Garonne, celle qui compte plusieurs titres de championne de France de karaté à son actif, a elle aussi parlé de sport mais aussi beaucoup de politique, en particulier de la primaire ouverte de la droite et du centre et du rôle qu’entend jouer l’UDI durant les prochains mois. Chantal Jouanno est tout d’abord revenu, sur l’absence de candidat centriste à ces primaires :

Nous avons fait le choix de ne pas avoir de candidat car nous n’avons pas pu avoir une discussion claire sur l’organisation de cette primaire avec un interlocuteur unique. Cela ne veut pas dire que nous n’allons pas peser dans ce débat et que nous interdirons à nos militants d’aller voter. Mais si à l’issue du résultat de cette primaire, nous estimons que le vainqueur ne représente pas les valeurs fédéralistes et humanistes que nous portons, nous n’excluons pas de présenter notre propre candidat, a averti Chantal Jouanno.

Comment l’UDI veut peser sur la primaire du centre et de la droite

La porte-parole de l’UDI a par ailleurs listé une série de thématiques qu’elle souhaite voir beaucoup plus présentes au cœur de la campagne pour l’élection présidentielle comme l’éducation, la laïcité, l’égalité entre hommes et femmes, l’environnement, les impacts du numérique et de l’intelligence artificielle en matière de croissace et d’emploi ou encore la santé.

Plutôt que de légiférer sur le fait que la longueur de la jupe est assez longue ou pas, voilà les vrais sujets de fonds que nous devons porter. Si ce n’est pas l’UDI qui le fait, qui le fera ? Le parti Les Républicains a deux possibilités :  pencher sur son aile droite en étant contre l’Europe, contre l’environnement, en ayant une vision économique protectionniste… Ou alors il décide de se recomposer au centre, avec notre parti qui est capable d’apporter des réponses aux abstentionnistes. Car il faut bien se mettre das le crâne que c’est notre sensibilité qui porte ces sujets et qui peut permettre de faire la bascule et de faire tomber des bastions de gauche. Pour cela, l’unité et le travail de terrain et d’idées sont essentiels. L’UDI n’a pas vocation à se taire au motif que dans une Présidentielle on devrait tous se ranger derrière un seul homme. Nous n’avons pas été créé pour cela mais pour apporter notre contribution au débat politique », a lancé l’ancienne ministre aux militants installés dans la salle.

Un rapprochement possible avec Emmanuel Macron ?

Enfin lors de la conférence de presse qui a suivi cette rencontre, Chantal Jouanno a clarifié la situation quant à un éventuel rapprochement de l’UDI avec le courant porté par Emmanuel Macron :

Nous sommes tous d’accord à l’UDI sur le principe de discuter avec Emmanuel Macron. Nous avons des valeurs proches notamment lorsqu’il dit qu’il veut rassembler les acteurs du monde économique. Mais débattre avec lui ne veut pas dire que nous serons d’accord. Nous ne l’avons pas encore entendu s’exprimer sur certains sujets autres que l’économie qui nous sont chers comme l’Europe, les questions sociales et environnementales… Mais il est évident que nous ne pouvons pas dire que nous voulons un grand rassemblement au centre et refuser dans le même temps de discuter avec quelqu’un avec qui nous partageons certaines idées. Nous verrons la sincérité de sa démarche et jusqu’où il veut aller…

http://www.voixdumidilauragais.fr/presidentielle-l-ancienne-ministre-chantal-jouanno-motive-les-troupes-de-l-udi-31-a-saint-orens_7031/

 

Les archives

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact