Fédération
Haute-Garonne
Accueil > Actualités > Interview dans la Dépêche du Midi de Jean-Luc RIVIERE

Actualités


Interview dans la Dépêche du Midi de Jean-Luc RIVIERE

Interview dans la Dépêche du Midi de Jean-Luc RIVIERE

Du 05/05/2017 au 18/06/2017

Interview dans la Dépêche du Midi de Jean-Luc RIVIERE

Interview dans la Dépêche du Midi de Jean-Luc RIVIERE

 Résultat de recherche d'images pour "JEAN LUC RIVIERE"

Alors que la population française sera dans une semaine appelée aux urnes dans le cadre du deuxième tour de présidentielle, Jean-Luc Riviere candidat d'union de la droite et du centre sur la circonscription du Comminges-Saves, s'invite dans le débat pour marquer avec force son opposition au Front National et à sa candidate.

À mi-chemin entre le premier et second tour quel est votre sentiment ?

Seul 31 % des Français sont satisfaits que le second tour oppose Emmanuel Macron et Marine le Pen. Je suis inquiet de la façon dont M. Macron se laisse dépasser par l'activisme de Mme Le Pen dans la campagne. Je suis inquiet de la passivité de nombreux élus. Je suis inquiet de la montée de l'abstention et du vote blanc.

Quel message doit être entendu ?

Dimanche, je participerai aux cérémonies de la Journée de la Déportation. Je suis de cette génération trait d'union entre mes parents qui ont vécu la guerre et la génération de mon fils. Souvenons-nous ici en Comminges de nos origines Italiennes et Espagnoles, quittant leurs pays car l'extrême droite avait gagné. Pourquoi le FN est-il toujours aussi mal à l'aise avec cette période de notre histoire. 70 ans de paix, c'est une évidence, tant mieux. Avant, chaque génération allait à la guerre. Aujourd'hui, les seules rivalités européennes se jouent dans un stade de foot et de rugby. Aujourd'hui, nos enfants vont étudier grâce à Erasmus chez nos voisins. Et bientôt, il y aura encore plus d'apprentis qui pourront le faire. Aujourd'hui on ne craint plus les d'évaluations.

Vous irez donc voter ?

Oui car s'abstenir ou voter blanc fait le jeu de Marine le Pen. Le FN sait mettre en avant des problèmes, mais ces solutions sont inexistantes ou dépassées. Je sais les difficultés du Comminges et des terres rurales. Le vote FN s'amplifie dans les 2 villages ou manque un ou plusieurs des 5 services suivants : poste, boulangerie, boucherie, médecin, café. Alors, oui, je prendrai le bulletin Macron, pas pour un vote blanc-seing, mais pour éviter le mur de l'inconnu. On vote le 7 mai, le 8 c'est l'anniversaire de la fin de la deuxième guerre mondiale en Europe et le 9, c'est la fête de l'Europe. Attention danger. Le 7 mai, c'est la présidentielle, après on fera campagne pour les Législatives et on fera entendre nos préoccupations nationales et locales. Il ne faut pas jouer notre pays sur un coup de tête.

Les archives

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact