Fédération
Haute-Garonne
Accueil > Actualités > Revue de presse 3,4,5 Juin - Venue de Hervé Morin

Actualités


Revue de presse 3,4,5 Juin - Venue de Hervé Morin

Le 05/06/2013

Compilation articles presse

FRAnce bleu - 5 Juin

C'est officiel : Christine de Veyrac est investie par l'UDI, le parti centriste, pour mener la campagne des municipales à Toulouse en 2014. La députée européenne est-elle face à Jean-Luc Moudenc, le député et candidat UMP ? Ou bien y aura-t-il bientôt une alliance entre les deux partis ? Christine de Veyrac répond à Stéphanie Mora.

 http://goo.gl/1YDGG

 

 

Le Journal toulousain - 4 Juin

Hervé Morin lance définitivement de Veyrac

                 

Le n°2 et président du conseil national de l’UDI, l’ancien ministre de la défense, Hervé Morin, était hier dans les rues du centre-ville toulousain pour lancer définitivement la campagne de l’eurodéputée Christine de Veyrac dans la course au Capitole : « Christine sera notre candidate ! Je suis venu à Toulouse pour le dire. » Un discours volontairement  « clair et net » qui a visé à lever toute ambiguïté sur le soutien national apporté à la démarche de Christine de Veyrac. Hervé Morin a également mis en garde les cadres locaux qui ont rallié récemment le candidat investi par l’UMP, Jean-Luc Moudenc : « L’UDI doit être unie et soudée derrière Christine. Toute l’équipe départementale doit être dans cette démarche.»

Une pierre dans le jardin de Jean-Jacques Bolzan (Parti Radical) et Etienne Durand-Raucher (FED) qui ont pris fait et cause pour l’ancien maire dans cette pré-campagne … Un avertissement pour Philippe Lasterle qui a prôné, durant la récente campagne interne pour la présidence du parti centriste, la mise en place de négociations avec l’UMP. Elément étonnant du point-presse qu’Hervé Morin a tenu dans un grand hôtel toulousain, l’annonce de la fin de toute hypothèse de négociations futures  avec le clan Moudenc : « Christine aura dès demain l’investiture officielle. A partir de là Paris n’a plus son mot à dire… J’ai bien l’intention de revenir à Toulouse pour voir l’avancée de la campagne. » Des propos qui rabattent certaines cartes, et qui jettent de nouveau le trouble pour tous ceux qui envisageaient un rapprochement jugé inévitable entre UMP et UDI : «Ma détermination est intacte » a même averti Christine de Veyrac, qui a relativisé l’impact des récents sondages. « Elle est la mieux placée pour gagner un second tour » a d’ailleurs soutenu Jean-Pierre Albouy, patron local du Nouveau Centre, et annoncé comme possible délégué départemental de l’UDI par Hervé Morin himself. Hervé Morin a monté le ton, Christine de Veyrac a elle, défié le candidat UMP en duel : « Mon adversaire est à gauche, mon concurrent à droite. »

Thomas Simonian

 

 
Toulouse 7 - 4 Juin

Municipales 2014 – De Veyrac multiplie ses soutiens 

Hervé Morin a officialisé lundi à Toulouse l’investiture par l’UDI de Christine de Veyrac comme tête de liste pour les élections municipales de 2014 à Toulouse. Face à Jean Luc Moudenc, De Veyrac muscle sa campagne.

De Veyrac Toulouse municipales 2014

Municipales 2014 – De Veyrac multiplie ses soutiens. Hervé Morin lui apporte son soutien Photo Toulouse7.com

De Veyrac Municipales 2014 –  Lors de son déplacement dans la ville rose, Hervé Morin, Président du Conseil National de l’UDI, et ancien ministre de la défense a confirmé l’investiture par l’UDI de Jean Louis Borloo de Christine de Veyrac pour les prochaines municipales à Toulouse en 2014. Face au candidat UMP Jean Luc Moudenc, Hervé Morin « a insisté sur la capacité de la candidate centriste à pouvoir associer les personnes de la société civile et les politiques dans un projet commun et ambitieux pour la ville de Toulouse ». Morin a confirmé le soutien à De Veyrac, de Jean Louis Borloo chef de l’UDI.

« Toulouse a été dirigée par le centre pendant 37 ans et elle est la personne la plus légitime et la mieux placée afin de reconquérir le Capitole » a réaffirmé Hervé Morin faisant illusion à l’héritage de Baudis père et fils.

Projet pour Toulouse

Jean Iiglesis, nouvellement élu Président de la Fédération UDI de Haute-Garonne, a salué cette investiture et a appelé au rassemblement autour du projet qui sera proposé dans les semaines à venir.

De son côté, Christine de Veyrac a montré toute sa détermination à mener ce beau combat, « loin des combines politiciennes et avec celles et ceux de notre ville qui eux sont en phase avec les réalités et confrontés aux problèmes quotidiens ». Elle a martelé vouloir se battre pour Toulouse, relevant que « les décisions qui ne sont pas prises aujourd’hui se paieront dans 10 à 15 ans ».

 

 

Toulouse Infos - 4 Juin

Exit les négociations parisiennes, de Veyrac mènera une deuxième liste à Toulouse.

Hervé Morin, Christine de veyrac

Ce lundi, l’ancien ministre de la défense et président du conseil national de l’UDI Hervé Morin était à Toulouse pour annoncer l’investiture de Christine de Veyrac pour les prochaines élections municipales. La députée européenne conduira donc, au premier tour, une liste indépendante de celle de l’UMP.

 

« Christine sera notre candidate ». Anticipant de 24h la décision du bureau politique de l’UDI, le président du conseil national du parti centriste Hervé Morin a annoncé lundi soir à Toulouse l’investiture de Christine de Veyrac pour les prochaines élections municipales. Une officialisation qui pourrait paraître anodine si l’on considère que la députée européenne s’est déclarée candidate il y a maintenant 4 mois mais qui résonne en fait comme un coup de tonnerre pour l’opposition toulousaine. En effet, après avoir expliqué depuis des mois que les instances parisiennes de l’UDI et de L’UMP négocieraient les investitures définitives à l’automne, voila qu’Hervé Morin affirme que « Paris n’est plus décisionnaire dans cette affaire » et que « la campagne est désormais dans les mains de la fédération locale ».

Malgré son score de 3% dans les sondages, la députée européenne assure que sa « motivation est intacte et que sa détermination est plus farouche que jamais ». « Christine ne veut pas construire un projet pour Toulouse mais pour les toulousains et par les toulousains » explique le président du parti centriste qui est conscient de la « difficulté de la démarche » de la candidate centriste.

 

Et l’Union dans tout ça ?

« Aujourd’hui il y a deux listes, à part si l’UMP décide de se ranger derrière nous » explique, le sourire aux lèvres, la désormais candidate UDI aux municipales de 2014. Un court instant touché par la nouvelle, le candidat UMP Jean-Luc Moudenc, qui appelle au rassemblement depuis de nombreuses semaines, ne tarde pas à rétorquer. « L’électorat veut l’union, les chefs de file de l’UDI voulaient également l’union, s’ils changent d’avis, ils seront durement sanctionnés. Tout cela ressemble à une cacophonie » termine l’ancien maire de Toulouse qui souligne que cette décision va diviser le parti centriste.

A ce propos, Hervé Morin, qui semble partager cette intuition, a rappelé que « ce combat doit se jouer dans l’unité ». Une notion qui semble plus que jamais vague lorsqu’on se souvient qu’il y a tout juste une semaine, Jean Iglésis (favorable à la candidature de Christine de Veyrac) n’a été élu à la tête de la fédération de Haute-Garonne qu’avec 54,5% des suffrages face à un Philippe Lasterle plus enclin à étudier un rapprochement avec l’UMP. Sans oublier Jean Jacques Bolzan, secrétaire général du Parti radical et membre fondateur de l’UDI qui a rejoint Jean-Luc Moudenc depuis plusieurs semaines.

Reste qu’aujourd’hui la décision est prise, « le PS est notre adversaire et la droite notre concurrente » termine Hervé Morin reprenant les propos d’un jeune militant.

 

Article de Guillaume Truilhé

 

FRANCE 3 MIDI-PYRénées- 3 JUIN

Elections municipales à Toulouse : Christine de Veyrac investie par l'UDI "dans deux jours" selon Hervé Morin

L'ancien ministre de la Défense, en visite à Toulouse, a confirmé que Christine de Veyrac recevra mercredi l'investiture nationale du parti de Jean-Louis Borloo pour conduire une liste UDI aux élections municipales de Toulouse en mars 2014.

Hervé Morin (au centre) et Christine De Veyrac ce lundi à Toulouse © Pascale Conte / France 3 Midi-Pyrénées
© Pascale Conte / France 3 Midi-Pyrénées Hervé Morin (au centre) et Christine De Veyrac ce lundi à Toulouse.
 
Pour Hervé Morin, ancien ministre de la Défense de Nicolas Sarkozy, président du Nouveau Centre et président du Conseil national de l’UDI, c'est une question de jours :Christine de Veyrac, candidat UDI aux élections municipales de Toulouse en 2014, recevra l'investiture nationale du mouvement centriste "dans deux jours",c'est à dire mercredi 5 juin, lors de la réunion de la commission nationale d'investiture de l'UDI. Il a ajouté : "l'UDI a vocation à avoir une liste à Toulouse dans 9 mois !" (voir vidéo ci-dessous)

Selon nos informations, la réunion de la commission nationale d'investiture aux municipales est en fait prévue à Paris mardi à midi. La décision sera donc prise dès mardi, mais ne pourrait être officialisée que mercredi.

Candidate depuis début février, la députée européenne ne cesse de clamer qu'elle ira "au bout", quand certains de ses soutiens centristes plaident pour des discussions et une liste d'union avec l'ancien maire UMP Jean-Luc Moudenc. 

Cette investiture nationale du parti de Jean-Louis Borloo ne change pas grand chose à la candidature de Christine de Veyrac. Le sort des candidats toulousains pourrait être réglé lors de discussions nationales entre l'UMP et l'UDI. Invité de France 3 Midi-Pyrénées en mars dernier, Jean-Louis Borloo avait indiqué que la possibilité d'une liste UDI à Toulouse serait tranchée "à l'automne prochain"

Jean-Luc Moudenc, ancien maire et député UMP, a obtenu l'investiture nationale de l'UMP début avril. De son côté, le maire PS Pierre Cohen, candidat à sa propre succession, doit être investi par les militants socialistes à l'automne prochain. 
 
 
La Dépêche du Midi - 4 juin 2013     
 

Morin (UDI): «Christine de Veyrac sera investie mardi soir» 

Morin (UDI): «Christine de Veyrac sera investie mardi soir»

Hervé Morin, le président du Nouveau Centre et président du Conseil national de l'UDI, n'est pas venu les mains vides ce lundi à Toulouse. Au soutien personnel qu'il a publiquement témoigné à Christine de Veyrac à l'occasion d'une promenade dans les rues du centre-ville, l'ancien ministre de la Défense a ajouté cette déclaration faite aux médias qui élève officiellement la députée européenne au rang de candidate du nouveau parti centriste aux élections municipales de Toulouse. «Christine sera investie demain soir»,

[NDLR : ce mardi] a déclaré Hervé Morin, levant ainsi les derniers doutes qui pouvaient subsister ici ou là sur la volonté de l'état-major national de l'UDI de soutenir sa candidature. Quelques jours seulement après l'élection du premier président de l'UDI 31, Morin est également venu installer et féliciter Jean Iglésis, et sonner l'heure du rassemblement général autour du nouveau patron départemental et de celle qui portera, ici, les couleurs du parti fondé par Jean-Louis Borloo. «S'il est une terre où nous sommes en mesure de porter notre projet politique différent de ceux des jumeaux qui gèrent la France depuis au moins 30 ans, s'il est une ville où les habitants sont capables de l'entendre, c'est Toulouse», a ajouté l'ex-ministre, en signalant que «cette politique centriste humaniste, conçue par-delà les partis pour les Toulousains par les Toulousains, les électeurs de la Ville rose l'ont plébiscitée pendant près de quatre décennies». Hervé Morin a admis que «ça sera difficile» et annoncé son intention de revenir souvent. «Car ce combat, on le mènera pour le gagner», a averti le président du Conseil national de l'UDI, en fixant le prochain grand rendez-vous de Christine de Veyrac avec les Toulousains cet automne, pour la présentation de son programme. Elle promet des annonces dans les domaines de la démocratie participative, la culture, le développement durable ou encore les nouvelles technologies. En dépit des appels répétés à l'union dès le premier tour, UDI et UMP partiront donc en ordre dispersé au combat électoral. «Mais nous gardons à l'esprit que l'adversaire est à gauche et le concurrent à droite», a conclu Hervé Morin. Un concurrent pour lequel Marie Déqué, présidente du groupe Toulouse Métropole, devrait dire sa préférence ce mardi. / DDM, X. De Fenoyl.
 

 

Les archives

www.parti-udi.fr
Mentions légalesPlan du siteContact